LA CONDITION HUMAINE ET LE CONTRAT SOCIAL CHEZ D’HOLBACH ET CHEZ SAMUEL VON PUFENDORF

  • Adama Marico

Résumé

Les pensées politiques de Pufendorf et celle D’Holbach se fondent sur une
analyse anthropologique de la nature humaine. Les deux penseurs soutiennent
l’idée selon laquelle, l’homme est un être qui fait une classe à part pour le fait
qu’il est le seul capable de fonder une cité harmonieuse. Théoriciens du contrat
social, Pufendorf et D’Holbach développent une philosophie politique qui propose
des principes normatifs permettant aux hommes de parvenir à la réalisation
d’une société stable.
Il est bien de comprendre que si les deux penseurs se rejoignent autour de
l’idée selon laquelle la nature humaine reste une matière à étudier en vue de
proposer une rationalisation des relations humaines, il est clair que ces deux
pensées n’évoluent pas dans une même voie. Pufendorf nous parle d’une nature
humaine qui doit se développer selon les principes du christianisme, pendant
que D’Holbach nous offre une philosophie qui se développe sous le registre
du matérialisme athée. Continuateur de l’épicurisme, D’Holbach développe une
morale qui invite l’homme à abandonner les « arrières-mondes » qui brouillent
l’imagination et entravent la pensée.
Les deux auteurs soutiennent que la condition humaine oscille autour du fait
que l’homme est un être qui est obligé de transformer son environnement pour
subvenir à ses besoins immédiats et lointains. De ce fait, il entre en contact avec
ses semblables au cours de cette transformation et par la suite au cours de la
consommation. Il s’agit donc d’une interaction qui justifie l’institution du pacte
social.
Pufendorf propose deux pactes intercalés par un décret. Le premier pacte
est celui de l’association regroupant les hommes en une communauté unie. Ce
pacte est suivi d’un décret qui institut le gouvernement et le dernier pacte reste
celui qui propose la soumission des citoyens au gouvernement. Ce contrat diffère
à certain égard de celui D’Holbach pour qui, il n’ya qu’un seul pacte qui lie
le citoyen à sa société. D’Holbach parle ainsi d’un engagement réciproque entre
l’homme et sa société

MOTS CLES
Interaction, Intercalé, Contrat, Pacte, Moralité

Publiée
2020-05-19
Rubrique
Articles