NIETZSCHE : LA PHILOSOPHIE COMME SAGESSE D’UN CORPS ENTHOUSIASTE

  • Siaka KONE

Résumé

Nietzsche a introduit une rupture multidimensionnelle dans la perception et la
compréhension de ce qu’est, et devrait être la philosophie. Il ressort selon lui que
le dualisme entre l’âme et le corps a tourné à la dépréciation du corps comme
inaptitude à la sagesse. La réhabilitation du corps est signe d’enthousiasme car,
le sage n’est pas celui qui a les yeux, unilatéralement rivés sur les choses célestes.
Il importe de dire « oui à la vie », c’est-à-dire aux choses terrestres. Ainsi,
la philosophie doit désormais intégrer les vertus du corps pour récuser l’impérialisme
idéaliste et Onfray dira (1991, p.187) : « La possibilité d’une philosophie
du corps est récente […]. La seule mise en accusation du christianisme permet
l’émergence d’une possibilité qui fasse l’éloge du corps enthousiaste ». La philosophie
du corps est une sagesse de jubilation festive de la vie qui mérite d’être
vécue. Celui qui atteint ce degré de connaissance jouit des vertus de l’art dans sa
médiation avec le corps. Avec Nietzsche, le sage chante, danse et rit parce qu’il
est heureux de vivre et de philosopher.
MOTS-CLES
Corps, sagesse, enthousiasme, idéalisme, mutilation, transcendance, jubilation.

Publiée
2020-05-19
Rubrique
Articles