Gangrène de Fournier à Bujumbura : épidémiologie, facteurs étiologiques, traitement et pronostic

##plugins.themes.bootstrap3.article.main##

Jean Claude Mbonicura
E Ndirahisha
M Manirakiza
A Kwizera
A Niyonzima
D Nduwimana
R Karayuba

Résumé

But : Déterminer les aspects épidémiologiques, étiologiques, thérapeutiques et évolutifs de la gangrène de Fournier. Patients et Méthodes : Il s’agissait d’une étude rétrospective et descriptive portant sur 10 patients ayant été traités dans quatre principaux hôpitaux publics de Bujumbura pour Gangrène de Fournier. Elle s’étend sur une période de deux ans. Résultats : La fréquence de la GF était de 0,102%. L'âge moyen était de 46,7 ans. Tous nos patients étaient masculins. Six malades sur 10 avaient consulté entre 5 et 15 jours après le début des signes. Les antécédents urogénitaux prédominent (40%). Les facteurs favorisants étaient le diabète (40%), la paraplégie (20%) et le VIH (10%). La GF secondaire représentait 7 cas dont 4 urogénitales, 2 cutanées et 1 proctologique. Les lésions se limitaient au périnée chez 80% des malades. L’examen bactériologique retrouvait l’Escherichia Coli (70%). Tous les décès (2 cas) avaient un ISGF de 10,5. L’association céphalosporine, aminoside et imidazole était principalement prescrite (60%). Le traitement chirurgical était essentiellement le débridement (90. La dérivation urinaire était faite chez tous les malades. Un séjour moyen était 93,6 jours. Les complications retrouvées étaient choc septique (20%), insuffisance rénale (40%) et anémie (20%). Conclusion : La GF reste une pathologie relativement rare. La consultation tardive explique le retard diagnostique. Les étiologies sont dominées par les causes urogénitales avec le diabète comme facteur de risque principal. La consultation précoce et le contrôle des facteurs favorisant réduiraient le taux de mortalité.

##plugins.themes.bootstrap3.article.details##

Rubrique
Article Original