Normes et pratiques d’acquisition des terres en zone office du Niger du Mali : Etat, investisseurs et exploitants locaux au coeur d’une arène locale

  • Boureima TOURE
Mots-clés: foncier, développement, conflits, corruption, négociation.

Résumé

Considérée comme le plus grand périmètre irrigué de l’Afrique de l’Ouest, le potentiel hydro-agricole de la zone Office du Niger est estimée à plus d’un million d’hectares de terres cultivables. Après plusieurs années de morosité, elle connaitra avec la réforme de la décennie 90 un essor sans précédent. Ses terres arables désormais prometteuses attirent les investisseurs aussi bien sur le plan national qu’international. Cependant, les procédés par lesquels certaines attributions de terre ont été faites ne sont pas toujours conformes aux normes édictées. La démarche méthodologique adoptée est largement qualitative. Elle s’inspire surtout de l’approche basée sur « la pratique des acteurs » pour mieux cerner les logiques des acteurs concernés par le jeu foncier. Comme résultats, cet article révèle surtout en quoi le jeu des acteurs pour leur intérêt, la corruption, le manque de communication et la mauvaise coordination nuit au développement et accentue les conflits autour des ressources.

Publiée
2018-11-28
Rubrique
Articles