Le conte africain, outil de prévention et de gestion des conflits.

L’exemple d’un conte Bamanan : Le coq, sa belle fiancée et le varan vantard1

  • Adama DIAWARA, Université des Lettres et des Sciences Humaines de Bamako (ULSHB)
Mots-clés: conte, vertu morale, prévention et gestion des conflits, coq, varan.

Résumé

Résumé
Un jeune coq a demandé et obtenu la main d’une belle femme dans un village voisin. Il décida de rendre, pour la
première fois une visite de courtoisie, dans sa belle-famille. Devant le refus de ses amis et camarades de groupe
d’âge de l’accompagner, le coq sollicita la compagnie du varan. Ce dernier énumère toutes ses difficultés et ses
manques à son ami (diarrhée, manque d’habits, de chaussures, de chéchia, de moyen de déplacement, de frais de
cola, etc.). Le coq s’est chargé de trouver une solution à tous ces problèmes et manques.
Les «deux frères de sang» rallièrent le village où réside «leur» belle famille. Malheureusement pour le fiancé, c’est
à dire le coq, c’est le varan, l’accompagnateur qui polarisait toutes les attentions des jeunes et des vieux. Le varan
vantard qui aime se « mettre en avant « sans modestie, a profité de cette aubaine inattendue pour faire feu de tout
bois. Après avoir mûrement réfléchi, le coq fiancé décida de rendre la monnaie au varan, en le tournant en ridicule.
Il sortit de la concession de sa belle –famille, se mit à la porte pour réclamer tous les matériels qu’il avait prêtés au
varan. Le varan lui rendit son boubou, son turban, ses chaussures, son cheval. Cependant, le coq persista dans sa
requête. Il lui restait, un objet anodin, mais essentiel, la rondelette de calebasse confectionnée par les soins du coq.
Malgré toutes ses protestations, le varan fut invité à rendre au coq son morceau de calebasse. Le varan se résolut
alors à remettre à son ami la petite rondelle de la discorde. Lorsqu’il l’enleva, le varan n’a pu retenir ses sphincters qui lâchèrent. Aussitôt, toute la cour avec tout le groupe baigna dans une mare de « merdes » du varan. ».
L’indifférence des acteurs face à un conflit peut avoir des conséquences désastreuses sur une localité, un pays, un
continent Tout le groupe a failli périr, « noyé dans ces excréments», faute d’avoir tenté de circonscrire l’incendie
à ses débuts.
Ce conte constitue un excellent outil pédagogique pouvant servir à inculquer aux jeunes générations les vertus morales véhiculées par la société, la culture de la paix, de la non-violence et leur permettre de se départir des valeurs
antisociales récusées. Il initie à la raison, raconte le fondement des choses, il transmet des logiques, des valeurs, un
symbolisme, il définit des codes de comportement pour une société donnée. Il pourrait constituer une des solutions
aux nombreux défis qui se posent à nos pays en matière d’encadrement de la jeune génération, de son éducation
civique et morale. Il s’agira surtout d’adapter le conte traditionnel aux nouvelles exigences de la modernité en
utilisant les nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC), très prisées par les jeunes de
même que les adultes, comme canaux de présentation et de diffusion des contes.

Publiée
2019-03-02
Rubrique
Articles