LA THEORIE DES ERREURS SOPHISTIQUES

  • Oumar DIARRA
Mots-clés: Erreurs sophistiques; syllogisme ; prémisses ; le sophisme de l’action; épistémique et clarté

Résumé

La présente étude sur l’argument sophistique consiste à mettre en lumière la fausseté du syllogisme sophistique. Ce raisonnement est fondé sur la duperie, la ruse et surtout aboutit à de fausses conclusions. C’est ainsi que M. Soumaré repend la définition d’Aristote : « La sophistique est, selon Aristote celui qui cherche à être sage sans l’être » M. Soumaré (2001, p.46) . D’abord, nous avons le sophisme de l’action qui joue seulement sur le sentiment des l’interlocuteur, afin de l’obliger à exclure la faculté de juger rationnellement les faits, mais selon les sentiments. Ensuite le sophisme épistémique a pour rôle de se fonder sur de fausses causes en engendrant de conclusions vraies. Et enfin, le sophisme de clarté permet l’utilisation de plusieurs propositions pour tirer une conclusion valide non selon l’enchainement des prémisses. C’est la raison pour laquelle, S. T d’Aquin (1866, p.98) dit que « Les mots isolés n’expriment ni la vérité ni erreur : il faut qu’il soit réunis pour s’exprimer l’un ou l’autre ».

Publiée
2020-03-07
Rubrique
Articles