ARTICULATION ET COMPETITION ENTRE L’EXPLOITATION DE L’OR ET L’AGRICULTURE A KADIOLO : QUELLES DYNAMIQUES FONCIERES ?

  • N’gna Traoré
Mots-clés: Agriculture, articulation, compétition, foncier, mines

Résumé

D’une économie essentiellement basée sur l’agriculture et ses activités connexes,
les zones aurifères de Kadiolo se trouvent confrontées, depuis l’installation de la
Société minière de Syama (SOMISY) et le développement de l’orpaillage, à une
problématique de cohabitation entre leur activité traditionnelle de production et
le nouveau système basé sur l’extraction de l’or.
En même temps que la SOMISY et d’autres sociétés, disposant de vastes permis
miniers dans la zone, sont accusées d’accaparement de terre, l’orpaillage itinérant
a parfois lieu sur leurs permis et sur les espaces emblavés. Comment la terre
est-elle négociée et/ ou disputée par ces différents acteurs ?
Cet article a pour objectif d’expliquer et analyser, spécifiquement, la pression
foncière née de l’exploitation de l’or dans deux communes de Kadiolo (Misseni
et Fourou).
Nous partons d’une approche ethnographique portant description, analyse et interprétation
de données qualitatives collectées dans le cadre de nos recherches
doctorales à Kadiolo. L’observation est focalisée sur la SOMISY, seule société
minière en activité dans la zone et les sites d’orpaillage ayant suscité des négociations
ou des conflits fonciers.
Il ressort que la coexistence de l’exploitation minière avec l’agriculture revêt une
double dimension de complémentarité et de compétition entre les deux activités.
Les nouvelles politiques minières de l’Etat tentent de participer à la meilleure
cohabitation entre les deux secteurs. Seulement, les effets de ces politiques sur
la pression foncière et l’environnement restent à identifier.

Publiée
2020-05-19
Rubrique
Articles