FREQUENCE DU GOITRE CHEZ LES PVVIH DANS LES SERVICES DE MEDECINE DU CHU GABRIEL TOURE, DU CHU DU POINT G ET DE L’USAC DU CNAM.

  • A. DAOU
  • B. DIALLO
  • B. KELLY
  • A. K. TRAORE
  • A. K. SAMAKE
  • A. DIALLO
  • I. N. DEMBELE
  • Y. KOUMARE
  • A. TRAORE
  • J. CAMARA
  • S. DAO

Résumé

Résumé

 Le goitre chez les PVVIH pose un problème de santé publique. Notre étude de type transversal analytique avait pour objectif d’étudier la fréquence du goitre chez les PVVIH venant en consultation dans les services de médecine du CHU Gabriel TOURE, du CHU du Point G et de l’USAC du CNAM. Au total, 607 personnes vivant avec le VIH ont été incluses. Le sexe féminin était prédominant avec plus de 74%. La tranche d’âge la plus affectée a été celle de 21- 40 ans. Les femmes au foyer étaient plus nombreuses, la majorité des patients étaient non scolarisés. Les patients sous ARV ont manifesté plus de signes cliniques de goitre.

Les patients résidant hors de Bamako et les femmes en situation sociale défavorisée faisaient plus de goitre. La fréquence du goitre de type I était de 20,62% pour le sexe féminin et 20,51% pour le sexe masculin. Pas de différence significative entre les tranches d'âge par rapport à l'apparition du goitre.  L’apparition du goitre ne variait ni en fonction du sexe ni en fonction de l’âge, mais plutôt en fonction de la résidence et de la prise d’ARV.

Mots clés : FREQUENCE, GOITRE, PVVIH.

Publiée
2018-12-28
Rubrique
Articles