INFLUENCE DE LA COMPOSITION CORPORELLE DES MERES SUR LA QUANTITE DE LAIT MATERNEL CONSOMME PAR LES NOURRISSONS

  • A. S FOFANA Laboratoire National de la Santé, Bamako Mali
  • B. S FOFANA Laboratoire National de la Santé, Bamako Mali
  • I. TRAORE Laboratoire National de la Santé, Bamako Mali
  • M. S COULIBALY Laboratoire National de la Santé, Bamako Mali

Résumé

Résumé

Malgré les conseils, les populations sont réticentes à la pratique de l’allaitement exclusif (AE) qui pourrait contribuer à réduire la mortalité infantile. En effet, elles sont septiques à la capacité des mères à produire du lait en quantité suffisante permettant une croissance normale des nourrissons. La technique de dilution à l’oxyde de deutérium « Dose à la mère » permet d’évaluer à la fois la quantité de lait consommé par les nourrissons et la composition corporelle de la mère. L’objectif de cette étude était donc de déterminer l’existence d’une relation entre la composition corporelle des mères ayant allaité exclusivement et la quantité de lait consommé par leurs nourrissons. Il s’agissait d’une étude longitudinale qui s’est déroulée entre 2011 et 2014 à Bamako. Un échantillonnage de 71 couples mère-enfants a été suivi du 3ème au 12ème mois post-partum. Par un FTIR, 3976 échantillons de salives ont été analysés. Les résultats ont montré que l’AE a été pratiqué par 42,3% et 16,66% des mères respectivement au 3ème et 6ème mois avec une consommation moyenne de 1125,17±369 kg/j et 947,00±383 kg/j de lait. Parmi ces mères ayant AE, 18,8% souffraient de déficit énergétique et d’atrophie musculaire et 50% de déplétion graisseuse. La quantité de lait consommé par les nourrissons de ces mères dénutries était comparable à celle des mères obèses ou normales. Le test –T a montré que la composition corporelle des mères n’avait pas d’influence sur la quantité de lait consommé par les nourrissons. Toutefois, l’analyse de corrélation a indiqué que cette quantité était significativement corrélée (r=0,344 et p= 0,004) avec la fréquence des tétées. En conclusion notre étude a permis de constater que le changement de la composition corporelle des mères pendant l’allaitement exclusif, n’avait non seulement pas de préjudice sur leur propre santé, mais que quelle que soit cette composition corporelle, les quantités de lait maternel consommé par leurs nourrissons étaient largement suffisantes pour permettent à ces derniers de croître normalement.

Mots clés : Deutérium, nourrisson, lait maternel, allaitement exclusif, composition corporelle, Mali.

Publiée
2019-04-24