LES EPREUVES UTERINES A L’HOPITAL DE ZONE D’ABOMEY-CALAVI-SÔ-AVA, BENIN

  • KASSOUM SIDIBE Centre de Santé de Référence de la Commune II du District de Bamako, Mali
  • SEYDOU Z DAO Centre de Santé de Référence de la Commune II du District de Bamako, Mali
  • BAKARY ABOU TRAORE Centre de Santé de Référence de la Commune II du District de Bamako, Mali
  • SAKOBA KONATE Centre de Santé de Référence de la Commune II du District de Bamako, Mali
  • AMADOU BOCOUM Centre Hospitalo-Universitaire Gabriel Touré, Bamako, Mali
  • AHMADOU COULIBALY Centre Hospitalo-Universitaire du Point G, Bamako, Mali
  • MAMADOU S TRAORE Centre Hospitalo-Universitaire du Point G, Bamako, Mali
  • MAMADOU SIMA Centre Hospitalo-Universitaire du Point G, Bamako, Mali
  • YOUSSOUF TRAORE Centre hospitalo-universitaire Gabriel Touré, Bamako, Mali
  • ABOUBACAR MOUFAILOU Centre hospitalo-universitaire de la mère et de l’enfant de la Lagune, Cotonou, Bénin
  • BAGNAN TONATO JOSIANE Centre hospitalo-universitaire de la mère et de l’enfant de la Lagune, Cotonou, Bénin
  • XAVIER PERRIN Centre hospitalo-universitaire de la mère et de l’enfant de la Lagune, Cotonou, Bénin
  • AMADOU DOLO Centre Hospitalo-Universitaire Gabriel Touré, Bamako, Mali

Résumé

Résumé

Les tentatives d’accouchement par voie basse sur utérus cicatriciels sont de plus en plus
fréquentes dans la pratique obstétricale. Malgré cela, peu d’études ont été consacrées à
l’épreuve utérine au Benin. Ainsi nous avons mené cette étude transversale, descriptive,
prospective sur une période de six mois à l’hôpital d’Abomey-Calavi-Sô-Ava portant sur
toutes les femmes enceintes chez qui une césarienne avait été effectuée lors du dernier
accouchement. L’objectif de cette étude était de déterminer la fréquence et de décrire le
pronostic materno-foetal des accouchements par voie basse sur utérus cicatriciel. Du 1er février
au 31 juillet 2016, nous avons réalisé 61 épreuves utérines sur un total de 174 accouchements
chez les patientes porteuses d’un utérus uni-cicatriciel soit une fréquence de 35,06 % des cas.
Le taux de réussite de l’épreuve utérine a été de 62,30%. Les causes d’échec de l’épreuve ont
été dominées par la dilatation stationnaire, la souffrance foetale aigue et la dystocie de
démarrage. La morbidité maternelle a été dominée par un cas de rupture utérine. Nous
n’avons noté aucun décès maternel. Les nouveau-nés issus de la voie basse avaient un
meilleur pronostic. Les utérus uni-cicatriciels apparaissent de plus en plus comme des utérus
normaux comme en témoigne les faibles taux de mortalité et de morbidité des épreuves
utérines.

Mots clés : utérus cicatriciel, épreuve utérine, accouchement, pronostic.

Publiée
2019-12-28