LA MISE EN OEUVRE DE L’ASSURANCE MALADIE OBLIGATOIRE AU MALI, DÉFIS ET PERSPECTIVES

  • OUMAR GUINDO Hôpital Dolo Sominé, Mopti, Mali
  • MAMADOU HAWA DIALLO Faculté de Médecine et d'Odonto-Stomatologie, USSTB, Bamako, Mali
  • MAIMOUNA NIAMBELE Faculté de Médecine et d'Odonto-Stomatologie, USSTB, Bamako, Mali
  • ABDOURAMANE COULIBALY Département d’enseignement et de recherche en santé publique
  • MAHAMADOU SOGOBA Ministère de la santé et des affaires sociales
  • MAMADOU BERTHE Direction Nationale de la Santé
  • NOUHOUN TELLY Cellule sectorielle de lutte contre le SIDA
  • SANATA SOGOBA Agence nationale d’évaluation des hôpitaux
  • HAMADOUN SANGHO Département d’enseignement et de recherche en santé publique
  • SAMBA DIOP Département d’enseignement et de recherche en santé publique

Résumé

Résumé

L’accessibilité des populations à des soins de santé de qualité demeure un objectif majeur
pour la politique nationale santé du Mali. Des progrès réels ont été accomplis en matière
d’accessibilité géographique contrairement à l’accessibilité financière qui se traduit par un
faible recours aux structures de soins lié au faible pouvoir d’achat des ménages. Après les
politiques d’exemption de paiement et de gratuité, le Mali a institué en 2009 le régime
d’assurance maladie obligatoire qui est devenu opérationnel en 2011 avec le début des
prestations cliniques. La présente étude, menée d’avril à juin 2018 a dressé un état des lieux
de la mise en oeuvre et de la fonctionnalité de l’assurance maladie obligatoire dans deux
établissements sanitaires. Elle a ainsi apprécié la disponibilité des moyens de production de
soins, la satisfaction des usagers et celle des prestataires à travers des entretiens individuels
approfondis et semi directifs, des exploitations documentaires et des observations. Comme
résultats de l’étude, la disponibilité des moyens de production est satisfaisante dans les deux
structures avec un indice de ressources de 4 sur 5. Pour le processus de soins, l’étude a obtenu
dans chacune des deux structures un indice de processus égal à 2, jugé non satisfaisant lié à
l’insuffisance de motivation des prestataires et l’insuffisance du mécanisme de suivi. Les
usagers sont satisfaits à 60% dans chacune des deux structures. Quant aux prestataires, leur
satisfaction est estimée à 40%. Ainsi, au total l’étude a abouti à un niveau de mise en oeuvre
satisfaisant de l’AMO dans les deux établissements évalués avec un indice de performance de
3 sur 5 pour chacun d’entre eux. Des efforts restent cependant, à entreprendre pour le
renforcement des plateaux techniques et la motivation des prestataires, le renforcement des
capacités en accueil, la sensibilisation des assurés sur l’utilisation des services, le suivi
régulier.

Mots clés : assurance maladie obligatoire, établissements de santé, état des lieux,
perspectives.

Publiée
2019-12-29