FACTEURS DE RISQUE ET PRISE EN CHARGE DE LA MALNUTRITION AIGUË SÉVÈRE ASSOCIÉE AU PALUDISME CHEZ LES ENFANTS DE 0 A 59 MOIS DANS LE DISTRICT SANITAIRE DE DIOILA AU MALI

  • FADY TOURE Département d'Enseignement et de Recherche en Santé Publique (DERSP)
  • OUMAR SANGHO Agence Nationale de Télésanté et d'Informatique Médicale (ANTIM)
  • OUMAR DIALLO Département d'Enseignement et de Recherche en Santé Publique (DERSP)
  • MOUSSA MODIBO DIARRA Département d'Enseignement et de Recherche en Santé Publique (DERSP)
  • SEYDOU FOMBA Programme National de lutte contre le Paludisme (PNLP)
  • SORY DIAWARA Malaria Research and Training Center (MRTC)
  • KASSOUM KAYENTAO Département d'Enseignement et de Recherche en Santé Publique (DERSP)
  • ISSIAKA SAGARA Département d'Enseignement et de Recherche en Santé Publique (DERSP)
  • SOUMAÏLA DIARRA Système d'Alerte Précoce
  • FANTA SANGHO Direction de la Pharmacie et du Médicament
  • MOUSSA BAGAYOKO Centre de santé de référence de Dioila, Mali
  • CHEIK ABOU COULIBALY Département d'Enseignement et de Recherche en Santé Publique (DERSP)
  • AKORY AG IKNANE Institut National de Santé Publique (INRSP)

Résumé

Résumé

La malnutrition et le paludisme sont deux affections pour lesquelles les populations des pays en développement payent un lourd tribut. Notre étude visait à décrire les facteurs de la malnutrition associée au paludisme et à évaluer l’efficacité de l’unité de récupération et d’éducation nutritionnelle intensive (URENI) dans la prise en charge de ces affections dans le district sanitaire de Dioila. Nous avons réalisé une étude transversale. L’échantillon était composé d’enfants de 0 à 59 mois. Des mesures anthropométriques et un diagnostic rapide (TDR) du paludisme ont été effectués. Un questionnaire a été administré aux mères des enfants et aux prestataires. L’illettrisme, l’âge jeune et le nombre d’enfants par femme étaient les facteurs de risque contribuant à la malnutrition associée au paludisme chez les enfants. Sur 1346 cas de malnutrition, 59,36% ont été hospitalisés et 40,64% ont été traités en ambulatoire. La létalité avant 24 heures variait de 0,08% - 0,18%. La malnutrition était associée à plusieurs facteurs dans le district de Dioila. L’efficacité des mesures prises a permis de limiter le nombre de décès. Les efforts de l’unité mériteraient d’être soutenus par la promotion de la planification familiale et de l’alphabétisation des mères.

Mots clés : malnutrition, paludisme, enfants de moins 5 ans, Dioila, Mali.

Publiée
2019-12-29