ENQUÊTE SUR LA PRÉVENTION ET LA PRISE EN CHARGE DES ESCARRES AU CHU HÔPITAL DU MALI

  • BAKARY DEMBELE Centre Hospitalier Universitaire Hôpital du Mali, Bamako Mali
  • ABDOULAYE ZIE KONE Direction Régionale des Services Vétérinaires de Ségou
  • DJENEBA SYLLA Centre Hospitalier Universitaire Hôpital du Mali, Bamako Mali
  • OUSMANE ATTAHER Centre Hospitalier Universitaire Hôpital du Mali, Bamako Mali
  • ZANAFON OUATTARA Centre Hospitalier Universitaire Gabriel TOURE, Bamako Mali
  • YACOUBA LAZAR DIALLO Centre Hospitalier Universitaire Hôpital du Mali, Bamako Mali
  • MAMADOU H. OUATTARA Centre Hospitalier Universitaire Hôpital du Mali, Bamako Mali
  • MODY TRAORE Centre Hospitalier Universitaire Hôpital du Mali, Bamako Mali
  • JACQUES DAKOUO Agence Nationale de la Sécurité Sanitaire des Aliments, Bamako Mali
  • FATOUMATA TATA SOW Laboratoire National de la Santé, Bamako Mali
  • BOUNCANA AHMED MAIGA Direction Régionale des Services Vétérinaires de Ségou
  • FANTA KABA CAMARA Direction Régionale des Services Vétérinaires de Ségou
  • AISSATA SANOGO Direction Régionale des Services Vétérinaires de Ségou
  • CHEICK ABOU COULIBALY Centre Hospitalier Universitaire Gabriel TOURE, Bamako Mali

Résumé

Résumé
Les escarres concernent 0,5 à 9% des hospitalisés dans le monde, elles sont des maladies
chroniques et coûteuses qui altèrent la qualité de vie du patient. Cette étude avait pour objectif
d’accueillir des données sur la situation épidémiologique des escarres au CHU Hôpital du
Mali et d’analyser les connaissances, attitudes et pratiques des agents face à sa prise en
charge. Réalisée entre le 01 septembre et le 31 décembre 2016 ; elle a concerné 155
personnes. Les enquêtés étaient constituées de patients, accompagnateurs, médecins et
infirmiers au niveau des services de soins techniques de l’Hôpital du Mali. La prévalence des
escarres était 1,95%, les patients étaient constitués des cas de traumatisme, accident vasculaire
cérébral, et/ou des sujets âgés et cachectiques. Les agents de santé affirmaient à 38%
participer à la prévention et à la prise en charge des escarres au niveau des services. Les
familles des patients estimaient à 40% ne pas être impliquées dans la prévention des escarres.
La survenue de l’escarre pendant l’hospitalisation est considérée comme un événement
indésirable, sa prise en charge demande une implication holistique des équipes de soins et
l’usage du miel et le blanc de l’oeuf peut être une solution pour améliorer la prise en charge de
ces affections.
Mots clés : Enquête, prise en charge, escarres, Hôpital du Mali

Publiée
2019-12-29