CONNAISSANCES, ATTITUDES ET PRATIQUES DES HOMMES SUR LA PLANIFICATION FAMILIALE EN COMMUNE II DU DISTRICT DE BAMAKO, MALI

  • HAMIDOU KOITA Centre de Santé de Référence de la Commune II du District de Bamako, Mali
  • SEYDOU Z DAO Centre de Santé de Référence de la Commune II du District de Bamako, Mali
  • KASSOUM SIDIBE Centre de Santé de Référence de la Commune II du District de Bamako, Mali
  • BAKARY ABOU TRAORE Centre de Santé de Référence de la Commune II du District de Bamako, Mali
  • SAKOBA KONATE Centre de Santé de Référence de la Commune II du District de Bamako, Mali
  • MAMADOU HAIDARA Centre de Santé de Référence de la Commune II du District de Bamako, Mali
  • AHMADOU COULIBALY Centre de Santé de Référence de la Commune II du District de Bamako, Mali
  • MAMADOU S TRAORE Centre Hospitalo-Universitaire du Point G, Bamako, Mali
  • MAMADOU SIMA Centre Hospitalo-Universitaire du Point G, Bamako, Mali
  • ISSA DIARRA Centre de Santé de Référence de Mopti, Mali
  • AMADOU BOCOUM Centre Hospitalier Universitaire Gabriel TOURE, Bamako Mali
  • YOUSSOUF TRAORE Centre Hospitalier Universitaire Gabriel TOURE, Bamako Mali
  • SY ASSITAN SOW Centre de Santé de Référence de la Commune II du District de Bamako, Mali
  • AMADOU INGRE DOLO Centre Hospitalier Universitaire Gabriel TOURE, Bamako Mali

Résumé

Résumé
Malgré sa grande responsabilité dans la prise de décision au sein de la famille, peu d’études ont
été consacrées aux rôles des hommes dans la planification familiale au Mali. L’objectif de ce
travail était d’étudier les connaissances, attitudes et pratiques des hommes sur la planification
familiale en commune II du district de Bamako. Nous avons réalisé une étude prospective
transversale, descriptive et analytique allant du 1er février au 30 avril 2013. Il s’agissait d’un
échantillonnage aléatoire simple calculé à partir de la formule de Schwartz. La taille de
l’échantillon était de 354. Tous les hommes interrogés avaient déjà entendu parler de la
planification familiale (PF). Les méthodes les plus connues étaient les pilules (66,7%), les
préservatifs (60,5%) et les injectables (30,8%). La tranche d’âge de 35 à 39ans était la plus
représentée, 74,3% étaient mariés, 82,8% ont évoqué l’espacement des naissances comme but
d’utilisation de la PF, 73,2% ont affirmé avoir utilisés une méthode avec leur partenaire, 84,2%
étaient favorables à la pratique de la PF et 65% avaient déjà discuté de PF avec leurs partenaires.
La décision de pratiquer la PF par les femmes seules était désapprouvée par les hommes dans
66,4% des cas.
Mots clés : connaissances, attitudes, pratiques, hommes, planification familiale

Publiée
2019-12-29