LA CHARTE DE KURUKANFUGA : UN PROJET DE PAIX PERPÉTUELLE OU TEMPORELLE!

Auteurs-es

  • Hamadoun Hasseye TOURE

Résumé

La multiplicité des variantes de la Charte de Kurukanfuga a contribué à faire de ce texte tiré de l’oralité un bréviaire en matière de loi fondamentale dans la sous-région ouest africaine en général et au Mali en particulier. En effet, la Charte transcende les limites d’un serment pour épouser les contours d’un texte à vocation organisatrice et réunificatrice. L’objectif de cet article est de procéder à une analyse de cette Charte en la comparant à l’ouvrage d’Emmanuel Kant « Projet de paix perpétuelle ». Cet ouvrage conserve un lien étroit avec la philosophie critique de Kant qui tout en valorisant la raison la soumet à un jugement sans complaisance. Le projet de paix perpétuelle est politique dans son essence parce qu’il tente de garantir à l’homme un espace paisible pour l’usage de sa raison et de sa liberté. Si l’ouvrage de Kant est une œuvre individuelle, la Charte est le fruit d’une entente collective qui essaie de trouver une forme d’organisation sociale, politique et économique pour assurer au Mandingue une stabilité durable. A l’instar des actes fondamentaux, la Charte de Kurukanfuga, n’est pas exempte de critiques. Les vainqueurs de la bataille de Kirina n’avaient pas la prétention de résoudre toutes les préoccupations des populations, mais de jeter les bases d’un accord préalable à toute vie paisible. Le dessein de cet article n’est pas de faire de la Charte de Kurukanfuga un texte achevé ou un mythe. Mais de fournir une autre vision des textes tirés de la tradition qui peuvent servir de source d’inspiration sans être des panacées. Aussi l’attention doit porter sur le caractère virtuel de nos lois fondamentales. Leur durée de vie dépend de leur capacité à répondre aux préoccupations des peuples.

Mots-clés : accord, charte, dialogue, justice, paix, perpétuelle, temporelle.

Téléchargements

Publié-e

2022-03-14

Numéro

Rubrique

Articles