LA FARINE DE FEUILLES DE MORINGA OLEIFERA LAM, UN FACTEUR DE DÉVELOPPEMENT DE LA TILAPIACULTURE (OREOCHROMIS NILOTICUS, LINNAEUS 1758) AU MALI

Auteurs-es

  • GRANT VANDENBERG Université Laval, 2425, Rue de l’Agriculture, Québec, Canada G1V 0A6
  • HAWA COULIBALY Institut Polytechnique Rural de Formation et Recherche Appliquée (IPR-IFRA)
  • ALAIN OLIVIER Université Laval, 2425, Rue de l’Agriculture, Québec, Canada G1V 0A6

Résumé

Résumé
Cette étude a été réalisée pour évaluer l’impact de la farine de feuilles de Moringa oleifera sur la croissance du
tilapia du Nil. Deux régimes, R0 et R20, contenant respectivement 0 et 20 % de Moringa oleifera ont été
formulés. Deux cents quatre-vingt poissons ont été répartis en fonction de la masse moyenne en deux lots (6,87 ±
0,04 et 97,1± 0,2 g). Après 28 jours d’expérimentation, les masses moyennes finales ont varié entre 23 ± 0,65 et
26,7 ± 2,69 g chez les petits poissons contre 144,0 ± 15,7 et 176,2 ± 10,8 g chez les gros selon les traitements.
Les meilleurs taux de croissance et de transformation alimentaire ont été obtenus par l’aliment R0. L’analyse
statistique montre qu’il n’y a pas eu de différence significative (P > 0,05) entre les deux régimes pour l’indice de
conversion alimentaire, aussi bien chez les petits que chez les gros poissons. La quantité de nourriture nécessaire
pour produire une augmentation du poids vif chez les poissons n'est donc pas significativement différente, à
l’intérieur d’un même groupe de poissons, pour les deux régimes proposés. La farine de feuilles de Moringa
oleifera peut donc être utilisée pour le développement de la tilapiaculture.
Mots clés : Régime alimentaire, Tilapia, Moringa, Indice d’appétit, Croissance, Indice de conversion
alimentaire.

Téléchargements

Publié-e

2021-09-29