Prise en charge des abcès cérébraux uniques à porte d’entrée non retrouvée (A propos d’une série de 7 cas)

##plugins.themes.bootstrap3.article.main##

M Diallo
D Kourouma
Y Sogoba
D Kanikomo

Résumé

Introduction : Les abcès cérébraux  peuvent devenir graves s’ils sont non ou insuffisamment traités. La prise en charge inclue le traitement correct de la porte d’entrée. Celle-ci n’est pas toujours retrouvée. Nous rapportons notre expérience sur la prise en charge des abcès cérébraux à porte d’entrée non retrouvée à l’issue duquel nous proposerons un algorithme décisionnel de traitement.


Patients et méthode : Il s’agit d’une étude retrospective et descriptive allant de novembre 2014 à décembre 2016. Elle a concerné les patients de tous âges traités dans le service de neurochirurgie du CHU Gabriel Touré pour un abcès cérébral chez qui le foyer initial n’a pas été retrouvé. Les paramètres cliniques, radiologiques et thérapeutiques ont été étudiés. 


Résultats :Durant notre période d’étude, les abcès cérébraux à point de départ non trouvé ont représenté 33,3% de tous les abcès cérébraux et 63,6% des abcès cérébraux opérés. L’âge moyen des patients était de 45 ans avec un sex ratio de 0,7. Tous nos patients étaient immunocompétents. La fièvre et l’hypertension intracranienne étaient les principaux signes. La lésion était de siège frontal et temporal principalement. Tous les patients ont bénéficié d’une ponction chirurgicale avec drainage d’abcès associé à une triantibiothérapie. L’évolution était défavorable dans 28,6% des cas (recollection d’abcès) et satisfaisante dans 71,4% des cas. La mortalité était nulle.


Conclusion : La très bonne évolution clinique et radiologique après le traitement n’est une gage de la guérison d’un abcès du cerveau tant que le foyer infectieux initial n’est retrouvé et convenablement traité

##plugins.themes.bootstrap3.article.details##

Rubrique
Cas Clinique