Campagnes de sensibilisation adaptées à la schistosomiase urinaire : un besoin de santé publique dans le district sanitaire de Kéniéba, Mali

Contenu principal de l'article

yaya ibrahim Coulibaly
et. al

Résumé

Introduction : Dans le district sanitaire (DS) de Kéniéba la prévalence de la schistosomiase est de 83,6% malgré plusieurs campagnes de distribution médicamenteuse de masse (DMM) de praziquantel. Ce travail a étudié les facteurs associés à la connaissance de la schistosomiase dans le DS de Kéniéba.


Méthodes : Une étude transversale utilisant une approche qualitative et quantitative a été conduite de mai à juillet 2019 chez les 9 et 14 ans et adultes de 15 à 65 ans dans le DS de Kéniéba.  Une régression logistique, des focus group de discussion et des entretiens individuels ont été conduits.  Résultats : Sur un total de 822 participants, le sexe masculin était de 55,1% (86/156) chez les 9 et 14 ans et le sexe féminin représentait 58% (386/666) chez les adultes. L’âge médian des participants était de 33 ans. Les 51,2% (421/822) n’étaient pas scolarisés. Le sexe, l’âge, le risque d’attraper la schistosomiase, le canal d’information, l’habitude de participer aux DMM et la connaissance du mode de transmission étaient statistiquement associés à la connaissance de la schistosomiase.


Conclusions : L’étude a rapporté une connaissance faible de la schistosomiase comme obstacle dans la lutte contre elle. Une éducation sanitaire intensive continue adaptée aux conditions socio-culturelles pour un changement de comportement serait nécessaire

Renseignements sur l'article

Rubrique
Article Original