Association entre l’infection palustre et la réponse en anticorps chez des enfants vivant en zone endémique du paludisme au Burkina Faso

Contenu principal de l'article

Oumarou Ouédraogo
et. al

Résumé

Introduction


Le paludisme demeure un problème majeur de santé publique.  Une meilleure connaissance de l’immunologie du paludisme peut contribuer à la recherche vaccinale ainsi qu’à une meilleure connaissance de l’épidémiologie de cette maladie. L’objectif de ce travail était de connaitre l’association entre l’infection palustre et la réponse en anticorps chez les enfants de moins de cinq ans.


Matériel et méthodes: Des échantillons et des données parasitologiques collectés au cours de deux enquêtes transversales ont permis de mesurer le niveau   des anticorps IgG et des sous classes IgG dirigés contre 5 antigènes de stade érythrocytaire (MSP3, MSP2A, MSP2B, GLURP R0, GLURP R2) de Plasmodium falciparum chez des enfants de moins de cinq ans. Ces données ont également permis d’évaluer l’influence de la parasitémie concomitante sur le niveau des anticorps IgG et des sous classes IgG. Le niveau des anticorps a été mesuré en utilisant la technique ELISA. La goutte épaisse et le frottis mince ont été utilisés pour le diagnostic microscopique quantitatif et qualitatif du paludisme.


Résultats : Les résultats de l’étude ont montré que la présence du Plasmodium falciparum était associée à un niveau plus élevé d’anticorps IgG et sous classes IgG. Au-delà d’un certain niveau de charge parasitaire, le niveau d’anticorps baissait, probablement à cause de l’utilisation de ces anticorps.


Conclusion : Cette étude a permis de connaitre l’influence de la parasitémie concomitante sur le niveau d’anticorps chez les enfants de moins de cinq ans naturellement exposés à l’infection palustre

Renseignements sur l'article

Rubrique
Article Original