Aspects diagnostique, thérapeutique et pronostique des infections néonatales bactériennes précoces à la maternité Issaka Gazobi de Niamey

Contenu principal de l'article

Moumouni Kamaye
et. al

Résumé

Introduction : L’infection néonatale bactérienne précoce (INBP) demeure une des principales causes évitables de mortalité néonatale à travers le monde. C’est une urgence médicale et constitue un problème de santé publique. L’objectif de ce travail était d’étudier les aspects diagnostique, thérapeutique et pronostique des INBP. Patients et méthodes : Il s’agissait d’une étude prospective descriptive et analytique qui s’était déroulée à la maternité Issaka Gazobi de Niamey du 1er Avril 2015 au 31 Mai 2016 et ayant inclus tous les nouveau-nés âgés de 0 à 3 jours suspects d’INBP selon les critères de l’ANAES 2002. Les données ont été analysées à l’aide du logiciel Epi-info 3.5.1. Le test de Chi² de Pearson et le test exact de Fisher ont été utilisés avec un seuil de significativité de 5%. Résultats : Trois cent cinquante-six (356) nouveau-nés suspects d’INBP étaient inclus. Le sex ratio était de 1,67. Les nouveau-nés de moins de 24h de vie représentaient 42 %. L’anomalie du liquide amniotique était le risque infectieux prédominant dans 83,1 %. Les morbidités retrouvées étaient, le faible poids de naissance dans 44 % des cas et l’asphyxie néonatale dans 52,2 % des cas. Environ 54 % des mères avaient un âge compris entre 18 et 28 ans et la majorité d’entre elles n’étaient pas instruites (66,8 %). La fièvre était le signe clinique le plus rencontré (38,4 %). La CRP était positive dans 16,9 % des cas et l’hémoculture l’était dans 23,31% des cas. Les principaux germes étaient Klebsiella pneumoniae (32,5%), Staphylococcus aureus (21,7%) et Staphylocoque coagulase négative (21,7%). Aucun lien statistique n’a été retrouvé entre les manifestations cliniques et les germes isolés. Une létalité de 15,5% a été notifiée. Les facteurs de risque de décès étaient le faible poids de naissance, l’asphyxie et l’infection par Klebsiella Pneumoniae. Conclusion : Les INBP restent encore un problème de santé publique dans nos régions de part leur létalité. Il est nécessaire de renforcer les mesures préventives dont entre autres le dépistage et traitement adéquat des infections maternelles en cours des consultations prénatales de qualité.

Renseignements sur l'article

Rubrique
Article Original