Profil épidémiologique, diagnostique, thérapeutique et évolutifde la tuberculose ganglionnaire au service de pneumo-phtisiologie du centre hospitalier universitaire la Référence nationale (CHU-RN) de N’Djamena : à propos de 40 cas

Contenu principal de l'article

Mahamat Ali Bolti
et. al

Résumé

Introduction : La tuberculose ganglionnaire représente la localisation extra pulmonaire la plus rencontrée. Elle pose un véritable problème diagnostic, thérapeutique et esthétique malgré l’efficacité actuelle de la chimiothérapie anti bacillaire.


L’objectif de notre étude était d’analyser les aspects épidémiologiques, cliniques, thérapeutiques et évolutifs de la tuberculose ganglionnaire afin d’améliorer sa prise en charge.


Patients et méthodes : il s’agissait d’une étude descriptive rétrospective sur une période de 2 ans allant d’Avril 2015 à Mars 2017 au CHU-RN portant sur 40 patients. Etaient inclus dans notre étude tous les patients atteints. Les variables étudiées étaient sociodémographiques, cliniques, paracliniques, thérapeutiques et évolutives.


Résultats : L’âge moyen était de 32 ans, avec un sexe ratio de 1,1 en faveur des femmes. La localisation cervicale était prédominante avec 67,5% des cas. Il a été noté dans 52,5% des cas une notion de contage tuberculeux. Le diagnostic histologique était noté dans 97% des cas. L’atteinte pulmonaire concomitante était rapportée dans 20% des cas. Une coïnfection rétrovirale HIV était retrouvée dans 30% des cas. Le traitement anti bacillaire était instauré chez tous nos patients. Seuls les cas d’échec thérapeutique (20%) et de rechute (10%) avaient bénéficié de traitement chirurgical. L’évolution était favorable dans 65%.


Conclusion : Le diagnostic de la tuberculose ganglionnaire est souvent retenu sur les données anatomopathologiques. La prise en charge nécessite parfois une intervention chirurgicale

Renseignements sur l'article

Rubrique
Communication Brève