Devenir à douze mois des patients infectés par le virus de l’immunodéficience 1 initiant le dolutégravir à Bouaké (Côte D’Ivoire) de 2020 à 2021.

Contenu principal de l'article

NJ Kadiané-Oussou
et. al

Résumé

Objectif : décrire le devenir à douze mois des patients infectés par le VIH-1 recevant le dolutégravir..


Méthodologie : il s’est agi d’une étude transversale menée sur 18 mois, incluant les dossiers de patients VIH-1 positifs, prétraités par une trithérapie antirétrovirale de première ligne, chez           qui le 3ème agent efavirenz a été remplacé par le dolutégravir. Les paramètres sociodémographiques, cliniques, immuno-virologiques après douze mois de changement ont été analysés avec le logiciel Epi info 7.2.6.


Résultats : Au total 214 dossiers analysés. L’âge médian était de 53 ans [47– 59 ans] et le sexe ratio de 0,9. Les patients étaient prétraités depuis au moins 5 ans dans 56,5% des cas. Après 12 mois d’introduction du dolutégravir, aucune infection opportuniste, ni d’évènement indésirable grave n’a été notifié. On observait une prise pondérale en moyenne de 2,06 kg ± 4,3 à 6 mois et de 3,02kg ± 5,47 à 12 mois de traitement chez chaque patient sans lien avec : âge, sexe, taux de CD4, ancienneté de l’infection ni durée du traitement initial. Sur le plan immunologique, la proportion de patients ayant des CD4+ ≥500 elts/mm3 s’est majorée (54,2% versus 66,2%) en lien significatif avec la prise du dolutégravir (p=0,010). Tous les patients (100%) étaient en suppression virale ou indétectables à 6mois et 12mois.


Conclusion : Le dolutégravir a montré une efficacité et une bonne tolérance clinique à douze mois. Cependant on note une prise de poids précoce qui nécessite d’être surveillée

Renseignements sur l'article

Rubrique
Article Original