Amélioration des circonstances de découverte dermatologiques de l’infection VIH au Sénégal : Etude de 2011 à 2020

Contenu principal de l'article

diadie SAER
et. al

Résumé

Objectifs : Dresser le nouveau portrait des dermatoses permettant la découverte de l’infection ainsi que le statut immunologique de personnes vivantes avec le VIH (PVVIH) entre 2011-2020. 


Matériels et méthodes : Il s’agissait d’une étude transversale à recrutement rétrospectif multicentrique sur une période de 10 ans. Les dossiers étaient colligés dans les deux services hospitalo-universitaires de référence en  pathologies dermatologiques et vénériennes du Sénégal. Était inclus, tout dossier de patient présentant une séropositivité au VIH. Les données étaient analysées par SPSS version 2.0.


Résultats : Nous avons recensé 431 cas. Le sex-ratio était de 0,52 et l’âge moyen  égal à 42,8 ans. Les patients étaient mariés dans 59% des cas. Le VIH1 représentait 93,5% des cas.  Le stade 2 de l'OMS était noté dans 196 cas (45,5%) suivi du stade 3 chez 119 cas (27,7%), du stade 1 et 4 dans 59 cas (13,7%) et  57 cas (13,2%) respectivement. Les principales CDD dermatologiques étaient par ordre de fréquence: le zona (52 %), le prurigo (27,3%), la candidose buccale (15%), la maladie de kaposi (6,2%). Le taux de CD4 moyen à l’inclusion était de 271 cellules/mm3. La candidose orale et le prurigo étaient significativement associés à des CD4 inférieurs à 200 cellules/mm3 (p=0,0003 et p < 0,0001 respectivement) contrairement aux dermatoses virales qui sont fortement corrélées à des CD4 supérieur à 200/mm3.


Conclusion : L’infection à VIH est de plus en plus précocement découverte au Sénégal. Les dermatoses virales sont les principales circonstances de découverte dominées par le zona

Renseignements sur l'article

Rubrique
Article Original