Paludisme chez les drépanocytaires de forme majeurs : aspects épidémiologiques, cliniques, thérapeutiques et évolutif au service d’hématologie de l’hôpital national Ignace Deen de Conakry

Contenu principal de l'article

Mamady DIAKITE
et. al

Résumé

Objectif : Contribuer à l’amélioration de la prise en charge de la drépanocytose associée au paludisme dans le service d’hématologie du CHU de Conakry par la description des aspects épidémiologique, clinique, thérapeutique et évolutif.


Méthode : Il s’agissait d’une étude transversale de type descriptive et analytique, menée du 1er Janvier 2020 au 31 Juin 2020 portant sur 102 patients (15 ans ou plus) chez qui le diagnostic de paludisme a été retenu sur terrain de drépanocytose au service d’Hématologie de l’hôpital National Ignace Deen.


Résultats : Nous avons rapporté une fréquence hospitalière de 20,91%.  La catégorie d’âge de 15-24 ans était la plus représentée (48,51%) avec une moyenne de 27,17 (10,86) et des extrêmes de 15 et 59 ans. Cliniquement, l’asthénie physique (56,44%) était le motif de consultation le plus fréquent suivit de la douleur osseuse (52,48%). Seul 64 patients (63,64%) avaient réalisés la numération formule sanguine parmi lesquels 98,44% des patients avaient une hyperleucocytose et un nombre de plaquette était normal chez 68,75% des cas. Le taux d’hémoglobine moyenne était de 9,11 g/dl. Les formes de drépanocytose les plus rencontrées ont été : SSFA2 (49,50%) et AS (42,50%). Le traitement reposait sur les antalgiques (96,04%), l’hydratation (85,15%), les antipyrétiques (64,36%). Après la prise en charge plus de la moitié (53,47%) des cas ont évolués favorablement.


Conclusion : Le paludisme est une cause fréquente de consultation chez les drépanocytaires. L’asthénie physique et les crises vaso-occlusives étaient les présentations cliniques fréquentes, la NFS montre une baisse du THb et une hausse du nombre de leucocytes. Le traitement du paludisme fait d’Artésunate

Renseignements sur l'article

Rubrique
Article Original